Estás aquí
Inicio > Archivo - Archive > Le Centenaire du Liban 1920-2020 Event – Vancouver – Canada

Le Centenaire du Liban 1920-2020 Event – Vancouver – Canada

 

 

 

 

 Dr Nick Kahwaji –  Consul Honoraire du Liban   — Vancouver – Canadá    

Nick.kahwaji@VanLebConsulate.com

 

Discours du Centenaire du Liban 1920-2020

Cette Célébration Aujourd’hui marque le centenaire de la déclaration du Grand Liban. Elle est un acte de foi pour un Liban uni et multiculturel, un message de paix, de tolérance et de dialogue.

C’est à Beirut, Le 31 Aout 1920, le Général Henri Gouraud, Haut-Commissaire de la Republique Francaise, Commandant en Chef de l’Armée du Levant signe L’arrete’ 318 delimitant L’etat de Grand liban  dont nous citons quelques extraits :

(…) La France en venant en Syrie n’a poursuivi d’autre but que celui de permettre aux populations de la Syrie et du Liban de réaliser leurs aspirations les plus légitimes de liberté et d’autonomie. »

Et « (…) qu’il importe pour ce faire, de restituer au Liban ses frontières naturelles…

Que le Grand Liban ainsi fixé dans ses limites naturelles, pourra poursuivre en tant qu’État indépendant, aux mieux de ses intérêts politiques et économiques…

Le 1er Septembre 1920, de la residence des Pins a Beyrouth le General Gouraud proclame l’etat de Grand Liban en disant :

« C’est en partageant votre joie et votre fierté que je proclame solennellement le Grand Liban et qu’au nom du gouvernement de la République Française, je le salue dans sa grandeur et dans sa force, du Nahr el-Kebir, aux portes de la Palestine et aux crêtes de l’Anti-Liban ».

La proclamation du Grand Liban a permis l’établissement par les autorités françaises des premières administrations publiques locales et notamment la mise en place d’un :

Parlement,

l’Election d’un Président de la République,

la Désignation d’un Premier Ministre

mais surtout la rédaction d’une

Constitution libanaise…

La création d’un Grand Liban organisé sur une base confessionnelle résulte pour partie des réformes entreprises par les sultans ottomans à la fin du XIXe siècle (les Tanzîmât), pour les Libanais comme pour les autres habitants du Moyen-Orient, l’appartenance religieuse est moins une affaire de croyance qu’une affaire d’identité :

Chacun se rattachant à sa communauté caractérisée par son endogamie, ses rituels et ses coutumes mais aussi ses règles de droit et ses tribunaux.

Le rôle de la Diaspora était primordial dans la détermination de son identité finale de Grand Liban versus celui de la Grande Syrie ou même du Mont-Liban ou petit-Liban.

Comme on le sait, la communauté libanaise expatriée était extrêmement active et influente. Trois groupes ont soutenu activement le mouvement pour l’indépendance, notamment dans la presse :

  • Le groupe égyptien,
  • Le groupe de Paris, et
  • Le groupe de New York,

Ainsi, le Liban démuni de 1918 a été transformé en un État bien organisé en 1943 durant 25 ans du mandat français. Depuis, le Grand Liban représenta aux yeux du monde entier un modèle que les forces du mal cherchait à écraser par tous les moyens.

Depuis, La recette Libanaise de vivre ensemble entre Libanais a réussi malgré’ quelques temps de la discorde parce que basée sur le dialogue, la liberté, et le respect des droits culturels et politiques…

La constitution libanaise est la seule en Orient qui appelle dans son préambule au respect des droits de l’Homme.

D’après Bahjat Rizk de L’UNESCO :  « Le Liban possède une forme inédite de démocratie consensuelle, qui certes a connu des déboires dans un environnement chaotique et en permanence conflictuel mais a fait émerger un peuple tolérant, ouvert, créatif, généreux, audacieux et surtout unanimement épris de liberté ».

Après 100 ans, le Liban qui a réussi à garder ses frontières et son statut indépendant, a échoué dans la modernisation de son système confessionnelle bien enraciné dans ses institutions étatiques et dans la structure du Pouvoir et sur ce, je cite M. Michel Aoun, Président de la République :

« Nous n’avons pas atteint un degré de développement et de lucidité où la loi est garante du droit, et l’efficacité devenue la norme. C’est l’occasion idéale pour que je déclare, en tant que Président de la République, ma profonde conviction de la nécessité de passer du système confessionnel actuel à un État moderne et civil où la première adhésion va à la patrie et non aux leaders sectaires ».

https://translate.google.ca/

 

 

 

 

Top